Inondations

De Biodiversité - Costa Rica - 2010
Aller à : Navigation, rechercher

Le terme inondation fait traditionnellement référence au débordement d'un cours d'eau qui submerge les terrains voisins. Il doit évidemment être étendu aux débordements des ouvrages artificiels tels que les réseaux d'assainissement.
Directement liées aux phénomènes météorologiques, les inondations présentent les mêmes typologies. Elles peuvent être lentes comme les crues du Rhône en 2003 et faire suite à une longue période de pluie. Elles peuvent survenir ne serait-ce qu'après seulement deux jours de pluie, comme à Florence en 1966, endommager de nombreux quartiers de la ville, envahir des édifices prestigieux et détruire de nombreuses œuvres d'art entreposées dans les sous-sols des Offices. Elles peuvent être torrentielles comme à Nîmes en 1988 ou Vaison-la-Romaine en 1992 ; elles s'accompagnent alors souvent de coulées de boues. Puisqu'il y a inadéquation entre la quantité d'eau à évacuer et les capacités hydrauliques, la prévention des inondations doit s'intéresser à plusieurs aspects :
• rétablissement ou amélioration des capacités d'écoulement (entretien des berges, élimination des embâcles, curage...),
• limitation de l'imperméabilisation des sols en milieu urbain (infiltration des eaux de toitures, espaces verts) ou rural (pratiques culturales) et gestion du ruissellement (haies).
Dans certains cas, l'inondation met en jeu des mécanismes hydrologiques plus complexes, comme les crues de la Somme en 2001 dues pour l'essentiel à une remontée de la nappe phréatique. Celle-ci aurait contribué jusqu'à 80% du débit du fleuve.


Quels sont les effest sur les êtres vivants?

Référence:  http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=3497

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils